Timst’s Happy Place

Aparté : Mes aides pour écrire

by timst on décembre 23, 2013

On m’a récemment demandé comment je m’y prenais pour écrire ce blog. Alors évidemment je ne suis ni un bloggeur professionnel, ni un grand écrivain, ni même un écrivain tout court, vraiment. Je tape juste des trucs sur un blog en espérant que ça rende bien. Néanmoins, ça peut aider de consulter ces sites :

 

Écrire

  • Google. Évidemment. Y’a un tas de services que Google peut rendre auxquels on ne pense pas forcément. Par exemple, pour comparer deux phrases lorsqu’on est pas sûr d’une formulation, il suffit de les entrer entre guillemets dans Google et de comparer le nombre de résultats dans chaque cas. On peut également convertir facilement des unités et des devises en tapant genre « 15cl in oz », « 200 eur in sek », etc…
  • Wiktionary. Y’a des dictionnaires en ligne partout, mais j’ai tendance à faire confiance au Wiktionnaire pour la même raison que je fais confiance à Wikipédia: c’est sûr (plus que Wikipédia encore, vu que bon, c’est assez difficile de mentir sur la définition d’un mot), et comme c’est ouvert y’a généralement plus de définitions que partout ailleurs. De plus, le site est international donc y’a moyen de vérifier la définition de termes étrangers, par exemple. Comme Wikipédia, Wiktionary fait partie du projet Wikimedia, qui contient entre autres Wikiquote, une base de données de citations.
  • Un thésaurus (dictionnaire de synonymes). En français y’en a pas mal, dont http://www.synonymes.com/. En anglais, y’a thesaurus.com. Pour le français, c’est aussi utile d’avoir une table de conjugaison à portée. Là encore, y’a mille et un sites, mais le plus simple ça reste de taper le verbe à l’infinitif dans Google: 9 fois sur 10, le premier résultat viendra de la-conjugaison.nouvelobs.com, leconjugueur.lefigaro.fr, conjugaison.lemonde.fr…
  • English.stackexchange.com est très utile quand on écrit en anglais (y’a aussi french.stackexchange.comspanish.stackexchange.com, etc.. mais ils sont moins complets. À noter que ces sites, peu importe la langue concernée, sont tous en anglais). Pour faire simple, Stack Exchange et un réseau de site de question/réponse de qualité. À l’origine, ils se concentraient sur l’informatique (c’est de là que vient StackOverflow), mais depuis ils ont étendu à d’autres sujets, notamment les langues. Contrairement à d’autres sites genre Yahoo! Answers, ici l’emphase est mis sur des réponses précises et exactes à des questions bien définies. Ça peut être la solution ultime à un problème difficile de grammaire ou de syntaxe, mais faut être sûr d’avoir épuisé les autres options avant.

Traduire

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué vu que le site détecte automatiquement la langue de votre navigateur, mais ce blog est en fait écrit en deux langues: français et anglais. Typiquement, je commence à écrire dans une langue en fonction de l’humeur, et je traduis dans l’autre, souvent en ajoutant des trucs et en adaptant le contenu en fonction des références culturelles et de mon lectorat typique (en français c’est plus souvent des gens avec qui j’étudiais à Nantes ou ma famille, tandis qu’en anglais c’est d’avantage destiné aux gens que j’ai rencontré en Suède). En fonction du flow du texte, ça peut donner des articles assez différent, ou très similaires.

Traduire est généralement assez simple, mais trouver le bon mot pour retranscrire une émotion est un processus déjà délicat dans sa langue maternelle, alors forcément c’est encore pire dans une seconde langue. Le problème que je rencontre le plus fréquemment, c’est trouver la « vraie » traduction d’un terme. Quand on utilise par exemple Google Translate pour traduire un seul mot, il faut bien distinguer une traduction fausse car le résultat correspond à un autre sens du mot, un résultat techniquement valide mais qui semblerait bizarre dans l’oreille d’un locuteur natif, et la vraie bonne traduction.

Un exemple : imaginez que vous êtes anglais et que vous avez publié une annonce de location pour un « 5-room apartment ». Vous cherchez la bonne traduction de « room », et Google Translate vous renvoie trois résultats : « Chambre », « Salle », et « Pièce ». Bien évidemment, le bon résultat est « pièce », mais comment le savoir ? Le premier résultat est plutôt facile à éliminer : une chambre, dans l’usage moderne, ne fait référence qu’à la chambre à coucher. C’est une traduction qui pourrait marcher par exemple dans une phrase comme « go to your room » — « va dans ta chambre », mais pas ici. Éliminer la seconde option est plus difficile à justifier : après tout, « salle » et « pièce » sont pratiquement synonymes. « Salle » fait peut être plutôt penser à une grande pièce, mais on parle aussi de « salle de bain », donc… Le fait que « pièce » soit le bon mot dans ce contexte ne fait aucun doute à quelqu’un qui a français comme langue maternelle, mais c’est quand même compliqué à expliquer. Ce genre de subtilités peuvent facilement être loupées quand on parle dans une autre langue, c’est pourquoi je m’arme de ces ressources :

  • Google Translate. Évidemment. Le problème ce que y’a qu’il n’y a que peu de cas d’utilisations où Google Translate est approprié. Généralement, c’est quand on cherche à traduire un seul mot, simple, et sans risque de double sens qui pourrait mener à une traduction ambigüe. Traduire un concept comme « lit » ou « chambre », ça passe, mais pour quoi que ce soit de plus compliqué, sans même parler de structures avancées comme des expressions ou des tournures de langues, il va falloir passer à la vitesse supérieure. Au passage, dans le cas où vous utilisez Google Traduction pour comprendre un texte ou une page dans une langue que vous ne lisez pas (son utilisation la plus appropriée, à mon avis), si y’a des passages qui restent peu clairs, ça peut aider de traduire à côté avec un autre site, par exemple Bing Translator, pour avoir « un autre avis » sur la traduction.
  • Wikipedia. Vraiment. Le truc c’est que chaque page de Wikipedia est lié avec ses équivalents dans d’autres langues. C’est extrêmement pratique pour trouver la traduction d’un concept plutôt que d’un mot, dans le cas où le mot à plusieurs sens. Ce serait ambigu sur Google Translate, mais là avec le contenu et les images c’est souvent possible d’obtenir la bonne version du mot que vous cherchez. Aussi, voir au dessus pour le wiktionary, qui a le même système de liens interlangues.
  • Linguee. Alors ce site marche que pour l’anglais (anglais-français, anglais-espagnol, anglais-allemand et anglais-portugais), mais il est super. Basiquement, c’est une base de donnée d’extraits de traductions, ce qui permet de faire des recherches pour voir comment des formules ont été traduites par le passé. Exceptionnel pour trouver l’équivalent d’expressions et de tournures de phrases, moins utile pour traduire des mots individuels.
  • Wordreference. Je participe pas moi-même dans cette communauté de locuteurs natifs qui s’entraident, mais c’est souvent le premier résultat lorsqu’on cherche une traduction sur Google. Une excellente ressource pour beaucoup de situations.

 

J’en oublie sûrement, mais c’est un bon début. Évidemment ça remplacera jamais l’aide d’un spécialiste ou d’un locuteur natif, mais ça aide (en parlant d‘Évidemment: apprenez quelques codes de cette page et BRILLEZ en société). Bon après faut quand même se rappeler que les langues sont flexibles, et que leurs règles ne sont pas destinées à limiter votre capacité à vous exprimer (ou à faire de super blagues).