Timst’s Happy Place

De 0 à 48 h en suède

by timst on juillet 23, 2013

Ça y’est, vous allez partir pour Växjö. Vous vérifiez vos billets et papiers en boucle, mais au final la vraie difficulté ça va pas être le comptoir Air France : ça va être les premiers jours. Heureusement, je suis là pour vous.

L’aéroportairport

Alors je pars sur le principe que vous arrivez à Kastrup, l’aéroport de Copenhague, parce que si vous commencez à faire des trucs d’aventurier comme prendre un vol Ryanair vers l’aérodrome de Växjö ou affréter un dirigeable, vous avez assez de ressource pour vous débrouiller seuls.

Pour les autres, votre première réaction en arrivant dans le terminal sera sûrement « Wow, je suis au Danemark! ». Elle sera rapidement suivie d’une autre réaction quand vous apercevrez le premier Starbuck : « Wow, le café est à 6€. »

Ne traînez pas sur place (non, pas la peine, vous n’aurez pas le temps d’en profiter pour « voir Copenhague », n’essayez même pas), allez plutôt à la gare pour attendre le train. Passez le temps en vérifiant nerveusement que vous êtes sur le bon quai et que votre ticket est bien composté. Intéressez vous notamment à cette étrange machine bleue à côté du quai. Faut-il passer son ticket dessus? Mystère!

 

À faire : Poser une question évidente à l’accueil de l’aéroport. Voir l’hôtesse pointer vers un panneau géant juste à côté de vous avec la réponse marquée en lettres de 30 cm.

À faire : Sentir son portable vibrer dans sa poche, le regarder pour voir qui vous écrit, constater que c’est un message automatisé de votre opérateur qui vous souhaite la bienvenue au Danemark.

À ne pas faire : Obtenir des couronnes danoises. Ça vous servirait que de souvenir, et dans ce cas autant en acheter au retour que d’avoir à se trimbaler des pièces inutilisables pendant 6 mois.

À ne pas faire : Acheter quoi que ce soit qui ne soit pas indispensable à votre immédiate survie, si vous ne voulez pas que la banque bloque votre compte pour retrait excessif.

 

L’arrivée

vaxjo

Si vous êtes en Erasmus: sortez du train, montez dans le fourgon du VIS et laissez-vous guider.

Si vous êtes freemover: si vous arrivez suffisamment tôt, vous devriez avoir quelques heures de soleil avant que la nuit tombe et que les loups ne sortent des bois. Marchez en direction du sud sans vous arrêter. Si un ours attaque, sautez dans le lac (il y’a un toujours un lac) et attendez qu’il perde votre trace. Finissez par arriver à l’uni après avoir couru après le minibus du VIS pendant 2 km, et passez une heure à tourner en rond sans trop savoir quoi faire. Au bout d’un moment, comprenez qu’il fallait aux bureaux du logeur en face de la gare pour avoir ses clés. Trouvez un bus, montez dedans et essayez de payer par carte. Quand elle sera inévitablement rejetée, tapez-vous 25 couronnes de frais supplémentaire pour payer cash. Appelez vos parents pour vous plaindre. Tâchez de ne pas laisser les autres voyageurs voir vos larmes quand l’appel est déconnecté après 3 minutes parce que vous avez claqué votre forfait.

 

À faire : Immédiatement aller à ICA (aka le magasin que vos amis et famille vont confondre avec Ikéa pendant des mois) et prendre une photo instagram de la viande en tube, ou des krisprolls si vous êtes vraiment cliché.

À faire : Faire trois tours de magasin en cherchant la sortie sans achat, avant de réaliser que y’en a pas et que vous êtes censé passer entre les caisses.

À ne pas faire : Oublier d’amener une boite de chocolat aux gens du VIS (ou à défaut, un petit billet discrètement plié et mis dans la poche de leur sweater.)

 

Le bureau de changeforex

Comme les Suédois emploient une monnaie utilisable par eux-seuls comme si 2002 n’était jamais arrivé, vous allez peut être devoir changer de l’argent en vous acquittant au passage d’un taux de commission raisonnable n’excédant pas 70%. En faisant la queue, épiez ce groupe de chinois qui viennent d’entrer avec des billets de 500€ à la main. Approchez vous pour les observer en sachant que vous ne reverrez jamais ça de votre vie, mais ne soyez pas trop voyant si vous ne voulez pas vous prendre un taser dans la nuque.

 

À faire : S’écrier « Hey mais c’est le mec de l’université! » en regardant le billet de 100 SEK.

À ne pas faire : Couper la queue et passer devant tous le monde parce que la dernière fois que vous avez vu une file d’attente avec ticket c’était à la poissonnerie.

À ne pas faire : Demander aux locaux s’ils ont l’intention de passer à l’euro comme tout le monde, pfff.

 

Votre appart
lyan 3

Après avoir encore exploré le campus de fond en comble pour trouver votre nouveau foyer, vous vous retrouvez dans votre chambre vide avec la valise sur le lit. Que faire maintenant?

Allez parler à votre coloc(s). Commencez par un « Hello I’m French! », et passez le reste de la conversation à se demander si votre accent n’est pas trop ridicule (si, il l’est). Posez immédiatement toutes les questions qui vous passent par la tête, même si votre coloc n’est là que depuis un jour.

 

À faire : Allumer la télé et chercher une émission typiquement suédoise. Se rendre compte que c’est virtuellement 100% de shows américains sous-titrés.

À faire : Immédiatement conquérir un étage du frigo (même si y’en a que 7 pour 8 personnes). Si vous êtes dans une coloc à deux, discuter pendant deux heures des règles et usages avec votre nouvel ami. Si vous avez réussi à trouver un appart tout seul, allez cacher le coffre d’or que vous devez avoir sur vous en permanence.

 

En soiréesivans

Vous découvrirez avec surprise que y’a des boîtes directement sur le campus. Après avoir essayé sans succès de comprendre la multitude de prérequis nécessaires pour entrer dedans, jetez l’éponge et devenez membre de toutes les associations du campus pour être sûr que ça passe. Le soir venu, apportez tout vos documents de votre permis de conduire à votre carte du VIS en passant par votre relevé de groupe sanguin et laissez le videur faire le tri.

Une fois à l’intérieur, regardez les prix, essayez de convertir mentalement en euro, dites vous que vous vous êtes forcément trompé c’est pas possible putain, sortez votre téléphone et recalculez pour être sûr. Vous aviez compté juste. Poussez un grand soupir en achetant la bière la moins chère (4€), et accoudez vous au comptoir pour essayer de repérer une suédoise sexy (ou un suédois sexy, ou les deux en même temps). Après un petit moment, commencez à vous dire que le ratio étudiants internationaux – locaux a l’air un peu déséquilibré. Demandez à un type qui a été ici un moment où se cachent les Suédois, en faisant une blague genre « Ils ont peur de nous ou quoi ? ». Observez son inconfort quand il commence à répondre en sortant « Bah en fait… »

Le temps que commenciez à vous plaire il sera facile une heure du mat, et c’est là que la musique (qui sera forcément « Don’t You Worry Child », pour la 27ème fois de la soirée) s’arrête et que tout le monde commence à sortir. Après avoir éliminé la thèse d’un exercice incendie, rendez vous à l’évidence: les boîtes ferment à 01:00 en semaine. Passez 15 minutes dehors à essayer de retrouver vos potes, et n’oubliez pas de crier « After party at Lyan! » (c’est traditionnel vous verrez). Au bout d’un moment, retrouvez vous à un after minable à PG18 avec un mec qui a branché son iPhone sur des enceintes de Carrefour. Finissez par rentrer et dormez pendant 8 heures. Réveillez vous à 10h du mat.

À faire : Aller directement à Lyan la prochaine fois. Se planter devant chaque inconnu et lui poser les Cinq Questions Rituelles « What’s your name? » « Where do you come from? » « What are you studying? » « One or two semesters? » « Exchange student or freemover? ». Puis passer au suivant en oubliant immédiatement le nom et le visage de la personne à qui vous venez de parler.

À faire : Si vous êtes une fille, ne surtout pas oublier de forcer son accent français pour que les mecs vous filent des drinks gratuits.

À ne pas faire : Débarquer en soirée les mains dans les poches en s’attendant à ce que l’alcool coule à flots. Oooh non: à 23€ la bouteille de vodka la moins chère, chacun apporte la sienne.

À ne pas faire : Demander à passer « Don’t You Worry Child » à l’after.

 

Et voilà, après ça vous devriez vous en sortir. Si vous avez d’autre questions (Comment peut-on manger sans brûler son compte en banque? Où trouver des baguettes? Où est le swimming pool?), envoyez moi un mail à info@visesn. Je suis très gentil et ne répond que très rarement des conneries pour me moquer de vous.