Timst’s Happy Place

200 Jours

by timst on mars 26, 2013

Me revoilà! Ca fait mille ans (= 3 mois) que je veux faire ce post, mais à chaque fois je finis par bloquer par manque d’inspiration. Ah, et je me suis fait voler mon PC récemment, donc ça a pas aidé. Mais là on vient de passer la barre des 6 mois en Suède et je pense que y’a quand même moyen de faire quelque chose, si dieu (= le pc de la bibliothèque) le veut.

Fin Janvier, le premier semestre a laissé la place au second semestre (c’est souvent comme ça). En pratique, tous les gens que je connaissais ici – et en particulier tout ceux dont j’étais un tant soit peu proche – sont partis. Ça a fait vide pendant un moment. Pour éviter ça, je me suis depuis rapproché d’avantage des locaux et notamment des gens du VIS, même si devenir ami avec un suédois revient essentiellement à essayer d’apprivoiser une biche paranoïaque.

 

Heu ouais nan c’est plus Goodbye quand même.

 

En parlant du VIS, j’ai enfin eu l’occasion de participer à deux de leurs évènements majeurs, à savoir un weekend à Stockholm et un voyage en Laponie finlandaise.

 

Pour le premier, je pensais déjà connaître un peu la cité mais… haha, en 6 ans, on dirait que tout a changé. Ok j’ai pas forcément vu les même choses, et oui y’a des trucs qui bougent dans une capitale en une demi-décennie (par exemple, ils ne passent plus Mika en permanence à la radio maintenant), mais quand même. Je pense que ça illustre bien que les impressions qu’on a d’un voyage ou d’un endroit relèvent plus du contexte dans lequel on y va et de ceux qui nous y accompagnent que du décor.

 

Pour le voyage en Laponie c’était tout neuf par contre. 9 jours, dont 6 (6 !) de transport. Ça a donné un départ de l’uni à 7h après avoir travaillé la nuit précédente jusqu’à 5:30 (heureusement que c’était pas à moi d’organi- ah, mince.), suivi d’une demi journée de transport pour atteindre le port de Stockholm. En arrivant là bas, overnight trip dans un ferry qui ressemblait à un vrai paquebot, avec poignées de porte en laiton et luxueux restaurants (dont un buffet… à 36 euros. À ce prix là le vin était gratuit (et la société qui organise le voyage proprement-dit m’y avait invité), mais quand même, dur). Oh, et le thème de la semaine c’était la France, ce qui m’a conduit à me retrouver assis sur une grosse banquette au milieu du pont casino entouré de jeunes et jolies russes (des étudiantes de mon groupe, qu’est ce que vous allez imaginer ?) à assister à un spectacle privé de mime et d’accordéon, dans ce qui a sans doute été le moment le plus pimp de ma vie.

 

pimpVue d’artiste

 

Le lendemain, arrivée à Helsinki et une journée de visite (Helsinki, sa cathédrale, sa monnaie unique, son architecture). C’est plutôt sympa comme endroit, pour autant qu’on peut en juger en marchant au pas de charge de monuments en centre commerciaux.

Le soir, début du fantastique voyage: 12 heures de trajet en bus, avec arrêt toutes les 2 à 3 heures au milieu de nulle part. À chaque fois, on admire les étals de fruits exotiques des stations service en se demandant qui est le pauvre bougre chargé de faire 1000 km toutes les semaines pour amener 3 pastèques à un arrêt d’autoroute, on regarde avec empathie son groupe se transformer en horde de zombies à la retraite, et on recompte tout le monde en priant de ne pas avoir oublié un Coréen dans les toilettes de la station Shell du cercle polaire ou autre absurdité du genre. Puis on arrive là:

 

mapJ’aime bien le warning « This route crosses through Aland Islands ». Thar be dragons ere!

 

Alors on découvre le charmant village/centre touristique, ses chalets en bois avec cheminée (Ah bah oui, c’est pas l’auberge de jeunesse de Chamonix), sa plus longue piste de luge de Finlande (1.2 km. Excellent à descendre, une horreur a remonter à pied) et ses steaks de renne (à partir de 22 €).

 

sled

 

Puis on pousse l’expérience jusqu’à l’extrême en montant jusqu’à Bugøynes en Norvège, où on se baigne par -10C dans l’océan arctique. Puis on rentre à la maison en étant content de soi.

 

ocean